Engrais  ›   Informations techniques  ›   Cultures  ›  

Les cultures légumières

La qualité pour l’alimentation humaine

Le potassium pour des rendements sûrs

Le soufre et le magnésium pour assurer la qualité

Quel fertilisant potassique pour quelles cultures ?

Sensibilité et tolérance au chlore des cultures légumières

Recommandations de fertilisation

 

La qualité pour l’alimentation humaine

Les légumes occupent une place particulière dans l’alimentation humaine. Grâce à leur richesse en éléments nutritionnels et leurs très faibles teneurs en matières grasses, les légumes sont tout simplement bons pour la santé. Ils contribuent également de manière essentielle à l’alimentation en éléments minéraux. Pour cette raison, la fertilisation revêt une importance particulière. Contrairement à d’autres cultures, la récolte des espèces légumières intervient souvent au milieu de leur développement végétatif. Une quantité suffisante en éléments nutritifs doit donc être mise à disposition à temps.

 

Les légumes de qualité doivent répondre à de nombreuses exigences

 

Valeur sur le marché
Qualité intérieure,
valeur pour la santé
Aptitude
saveur
éléments nutritifs
consommation en frais
couleur
minéraux
conservation
forme
vitamines
 
taille
fibres alimentaires
 
poids
 
 
consistance
 
 

Haut de page

 

Le potassium pour des rendements sûrs

Une alimentation optimale en potassium est la condition préalable à la production de rendements élevés et de qualité supérieure. La plupart des espèces légumières se caractérisent par un fort besoin en potassium. Celui-ci est supérieur d’environ un tiers au besoin en azote. Le niveau d’apport potassique dépend de l’exportation d’éléments nutritifs à la récolte, sachant qu’on peut distinguer cinq groupes de légumes.

 

Catégorisation des légumes suivant le niveau d’exportation en potassium

 

Catégorie
K2O
(kg ha-1)
Espèces de légumes
très bas
< 100
brocoli, haricot nain, pois, mâche, salade de Trévise, chou de Bruxelles, haricot à rame, asperge
bas
100-150
chou-fleur, chou vert, laitue, persil, poireau, épinard, maïs doux, oignon
moyen
150-200
chou chinois, feuilles de chêne, chou-rave, chou frisé
élevé
200-250
endives, laitue d’hiver, radis, chou rouge, tomate, chou blanc
très élevé
> 250
fenouil, carotte, betterave rouge, céleri, courgette

 

Haut de page

 

Le soufre et le magnésium pour assurer la qualité

Le soufre – pour une qualité élevée

Pour une production de la meilleure qualité possible, toutes les espèces légumières ont besoin non seulement du potassium et du magnésium, mais également d’un apport relativement élevé en soufre. La fertilisation soufrée permet ainsi d’influencer de manière positive la formation d’huiles sur l’ail et la moutarde, qui sont responsables de la saveur et de l’arôme ; elle intervient aussi sur la saveur et l’odeur typiques de différentes espèces de choux et d’asperges. Une carence en soufre induit un rapport N/S défavorable et l’azote apporté est moins bien valorisé. La conséquence se traduira par un risque plus élevé de lessivage des nitrates dans le sol, mais également dans certains cas par une augmentation des teneurs en nitrates dans les produits récoltés.

 

Le magnésium – augmente la valeur marchande

Le magnésium est l’élément nutritif responsable du pigment vert de la feuille et est responsable de la coloration des produits récoltés. Un manque de coloration verte engendre dans le cas de nombreuses espèces de légumes feuillus une forte réduction de la valeur marchande du produit. Un déficit en magnésium peut causer des perturbations du métabolisme dans la plante débouchant également sur une accumulation de nitrate dans les feuilles. Le niveau des besoins en magnésium est comparable à ceux du phosphore. En fonction du niveau de rendement et du type de culture, les plantes maraîchères absorbent 30-70 kg de MgO ha-1.

Haut de page

 

Quel fertilisant potassique pour quelles cultures ?

La plupart des espèces de légumes de plein champ sont sensibles au chlorure, et ce notamment pendant les stades juvéniles (germes et plantules). C'est la raison pour laquelle une fertilisation avant l'ensemencement et la plantation ainsi que la fertilisation de couverture devront se faire avec du potassium et du magnésium sous forme de sulfate. L’action positive de fertilisants potassiques sulfatés a pu être démontrée par de nombreux essais, entre autres au travers du taux d’émergence.

Haut de page

 

Sensibilité et tolérance au chlore des cultures légumières

particulièrement sensible au chlorure pendant la période de végétation toute entière
sont considérées comme plantes tolérant le chlorure
haricot
blette
endive
céleri
concombre
betterave rouge
courge
asperges
courgette
 
oignon
 

Haut de page

 

Recommandations de fertilisation

Étant donné que la plupart des espèces légumières sont sensibles au chlore, il convient de proscrire les engrais sous forme chlorure.

 

Recommandations d’apport au sol

  • Patentkali: en cas de bonne alimentation du sol et suivant la catégorie (tableau 1 – page initiale) 300-1200 kg ha-1 sont apportés.
    Patentkali®
  • Env. 200-300 kg ha-1 d'ESTA Kieserit gran. dans les zones déficientes en Mg et dans le cas d’un rapport K/Mg élevé dans le sol.
    ESTA® Kieserite gran.

 

Recommandations d’apport foliaire

  • EPSO Top comme apport complémentaire à la fertilisation du sol ou EPSO Microtop pour le traitement préventif d’une carence en bore et manganèse, comme solution de 2-3% (20-23 kg ha-1) en applications fractionnées. Tous les produits EPSO sont également appropriés pour la fertigation (irrigation fertilisante).
    EPSO Top®
    EPSO Microtop®
  • Hortisul pour les cultures sensibles au chlore ainsi que pour la fertigation (irrigation fertilisante). Pour la fertilisation foliaire, il est recommandé d’utiliser des solutions de jusqu’à 4 % (4 kg d'Hortisul par 100 litres).
    HORTISUL®

Sélectionnez un site Web